250ème match joué par Benjamin sous les couleurs de Fribourg Gottéron
A 15 ans, le Jurassien Benjamin Conz s'impose. Pas uniquement par sa carrure (1,76 m pour 80 kilos), mais bien plus encore par le calme avec lequel, devant ses buts, il effectue des gestes précis et décisifs, faisant preuve d'une volonté et d'une détermination extraordinaires. Le tout, au grand dam de ses doublures successives qui, au fil des saisons, ont bien du mal à se faire une place et un nom, derrière le talent du jeune portier ajoulot. Oui, Benjamin Conz est incontestablement doté d'un talent inné. A 15 ans, loin de son Ajoie natale, il mène de front carrière sportive et scolarité obligatoire. En effet, depuis un an, il a posé son imposant sac de gardien de hockey dans les vestiaires du Genève-Servette. Aujourd'hui, au bénéfice d'un contrat professionnel, le jeune homme est le dernier rempart des Novices élites, soit la plus haute division de la catégorie de jeu des 14-15 ans. Parallèlement, il prend ses marques avec les Juniors élites A du même club, assumant le double championnat. Plus impressionnant encore, à 14 ans déjà, Benjamin s'entraînait quelquefois avec les gars de la 1re équipe du Genève-Servette de la LNA. Son parcours en fait rêver plus d'un!

Sur les traces de son frère

Benjamin Conz est né le 13 septembre 1991. Il est le «benjamin» d'une fratrie de trois enfants. Son frère aîné n'est autre qu'un

certain Florian Conz qui gravite dans les sphères de la ligue nationale du côté de Lausanne. A 18 ans, Florian jouait déjà en LNA. Dans

la famille Conz, le hockey, c'est au biberon qu'on l'inculque? «Non, nous ne sommes pas une famille de hockeyeurs. Quand mon frère

a débuté, je suivais tous ses matches avec mes parents. Cela m'a donné envie de jouer à mon tour», précise Benjamin.

Natif de Fontenais, Benjamin a fait toutes ses écoles de hockey au HC Ajoie, club formateur qui a lancé quelques belles pointures

nationales dont, pour ne citer qu'eux, les frères Vauclair et Gaëtan Voisard. En mars 2005, alors que Benjamin évoluait en Novice Top

sous les couleurs du Team Jura et qu'il était depuis belle lurette de toutes les sélections nationales, il a impressionné Philippe Bozon,

entraîneur des Novices Top du Genève-Servette. Le Genevois s'est approché du Jurassien… Leur rencontre a débouché sur le début

d'une grande aventure pour Benjamin.

A 14 ans, Benjamin Conz se retrouve donc sous contrat professionnel. Comprenez par-là que le jeune Jurassien a été acheté à son

club formateur par Genève-Servette. La totalité de ses frais d'hébergement et de scolarité est à la charge du club genevois.

Cependant, il ne faut pas se leurrer. Quitter famille et amis à l'adolescence n'est pas un exercice facile au quotidien:

- Benjamin, comment ça se passe pour toi à Genève?

- Au début, j'ai connu quelques problèmes avec ma première famille d'accueil. Ensuite on m'a placé dans une nouvelle famille et

aujourd'hui, tout se passe très bien. J'ai aussi un très bon contact avec Sébastien Beaulieu qui est l'entraîneur spécifique des gardiens

à Genève. Je m'entends très bien avec lui et je peux lui confier mes problèmes si j'en ai. Il est plus qu'un entraîneur pour moi. C'est

aussi un confident. Depuis le début de cette saison, c'est un peu plus dur car je ne peux plus rentrer chez moi tous les week-ends.

Avec le double championnat Novice élite et Junior élite A, j'ai deux matches par week-end. Mais bon, ça va. Si j'ai vraiment un coup de

blues, je téléphone à ma mère et après, c'est reparti. De toute façon, j'aime vraiment ce que je fais et c'est mon choix. Alors, même si

certains jours c'est un peu plus dur que d'autres, je n'ai jamais de regrets.

École, patinoire, devoirs, dodo...

- Et comment fais-tu pour concilier tes journées, entre patinoire, école et déplacements aux quatre coins de la Suisse?

- En semaine, je pars pour l'école à 8 h 20. Après les cours, je file à l'entraînement des gardiens. Ensuite, j'ai encore deux fois par

semaine, l'entraînement avec l'équipe des Novices et une fois avec les Juniors. En principe, je rentre vers 21 h. Avant de me coucher,

je mange et je fais mes devoirs. Je suis inscrit dans une école publique mais au sein d'une classe sportive composée uniquement

d'élèves qui, comme moi, pratiquent parallèlement à leur scolarité, une activité sportive de haut niveau.

Côté parents,la saison est rythmée au fil des déplacements

Et les parents là-dedans? Durant la saison d'hiver qui, préparation oblige, débute déjà en août, les parents de Benjamin, Catherine et

Daniel Conz, engloutissent les kilomètres au gré des déplacements de leurs deux fils: «Le mercredi, le samedi et le dimanche, aucune

chance de nous trouver à la maison. Nous avons toujours suivi tous les matches de Benjamin et maintenant qu'il est à Genève, les

déplacements sont considérables. Sans oublier son frère Florian que nous allons voir jouer dès que nous le pouvons», s'empresse de

préciser Catherine. Il n'empêche, cela ne doit pas être facile de laisser partir le «petit» dernier si vite de la maison? «Oui mais,

paradoxalement, nos relations sont très bonnes. J'ai parfois l'impression que nous sommes encore plus soudés qu'avant. Bien sûr,

cette situation a fait évoluer nos liens, mais de manière positive.

Et Benjamin a beaucoup de chance d'avoir non seulement un entraîneur super, mais également une famille d'accueil qui l'entoure

extrêmement bien. C'est important pour lui, mais aussi très rassurant pour nous.»

Dans ces conditions, que pouvons-nous souhaiter de plus pour Benjamin? Rien. Sinon que l'avenir lui donne raison sur les choix

difficiles et les concessions qu'il s'est imposés en empruntant le chemin qui mène à la gloire des stars du hockey national. Car, vous

l'aurez probablement compris, son objectif est de franchir le seuil des équipes nationales aussi vite que possible. Quant à la NHL, le

grand rêve américain de tout hockeyeur ambitieux, Benjamin reste très lucide: «J'y pense, mais uniquement comme un rêve».

Finalement et quel que soit le dénouement de son aventure genevoise, Benjamin n'aura jamais de regret à avoir. Car, peut-être bien

plus que la seule voie du hockey professionnel, son choix lui aura également ouvert les portes de l'école de la vie. Ainsi, doté d'un

talent unanimement reconnu par tous ceux qui ont déjà vu le jeune gardien à l'œuvre, Benjamin peut de surcroît et malgré son jeune

âge, s'appuyer sur une expérience de vie hors du commun. Mais, faut-il le préciser, c'est à lui seul et à sa détermination qu'il le doit.

 2005 Premier article paru sur Benjamin
hockeyben.ch
Le site de Benjamin Conz
Accueil Biographie Presse Suisse Masque Vidéos Galerie Photos Liens